Amanite Citrine (Citrine, Oronge citrine)

Description :
L’Amanite citrine est une espèce de taille moyenne dont le chapeau d’abord hémiphérique, puis convexe, n’excède pas 10 cm de diamètre une fois étalé ; la cuticule, d’aspect luisant, est revêtue d’écailles blanchâtres, larges et irrégulières, qui présentent des débris du voile général ; de couleur jaune citrin, elle tire parfois sur le blanc ou sur le verdâtre ; la marge, mince, régulière, ne présente pas de strie.
Les lames, assez serrées, inégales, libres, sont blancs crème, lavées de jaunâtre.
D’aspect élancé, cylindrique, le pied se dilate à la base en un bulbe volumineux, à bord saillant – marginé ; ce bulbe est entouré par une volve qui forme un bourrelet, une collerette membraneuse, blanchâtre comme le reste pied, ou légèrement teinté de jaunâtre ; en outre, un anneau subapical orne le pied ; il est membraneux, ample, pendant, strié sur le dessus et persistant.
La chair, blanche, citrin pâle sous la cuticule, exale un parfum typique de pomme de terre crue.

Habitat :
On rencontre communément l’Amanite citrine sous conifères, mais aussi sous feuillus et plus particulièrement sous les chênes. Cette espèce plutôt automnale montre une prédilection pour les bois clairs, les taillis et les sols acides ou sablonneux.

Intérèt :
Après avoir été lontemps considérée comme vénéneuse, l’Amanite citrine est aujourd’hui réhabilitée. En fait, les anciens la confondaient avec l'[Amanite phalloïde mortelle](spip.php?article63 « Amanite phalloïde mortelle »), car les deux espèces se ressemblent effectivement beaucoup.
La Citrine est un comestible médiocre, de saveur désagréable, aussi vaut-il l’éviter.

Confusion :
Il existe une variété entièrement blanche de l’Amanite citrine, la variété Alba ; la variété Mappa, quand à elle, offre des écailles plutôt brunes sur le chapeau.
La confusion avec l'[Amanite phalloïde](spip.php?article63 « Amanite phalloïde ») est toujours possible, d’autant que celle-ci arbore parfois des couleurs très variables mais généralement son chapeau tire toujours plus ou moins sur l’olivâtre, ce qui n’est pas le cas de la citrine. Par ailleurs, la Phalloïde présente une volve ample et n’exhale pas d’odeur nette sur le frais. Enfin, elle croit presque exclusivement sous feuillus.

Une autre confusion possible, celle avec l’Amanite porphyre (Amanita porphyria) plus rare, propre aux conifères et qui exhale sensiblement la même odeur. Elle difère de la citrine, par son chapeau finement fibrilleux, gris-brun avec des nuances purpurines, et qui ne comporte jamais autant d’écailles ; il en est même parfois complètement dépourvu.

Termels :
Octobre 2006.
Quelques Citrines ont été trouvé au début de la forêt sur la gauche sous des chênes. (4 photos)

Décembre 2007
Un exemplaire massif assez tardif et tout détrempé se trouvait vers le fond à gauche dans la forêt. (5 photos)

Auteur : simon

Simon Citron, le Roi des Champignons Chirurgien Dentiste Implantologiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *